Accueil Conjoint Comment accompagner les conjoints expatriés en 2021

Avec l’appui des ressources du baromètre de l’expatriation, les ateliers Mobilité Internationale d’Expat Communication continuent de dérouler leur réflexion autour de l’impact du Covid sur l’expatriation. En avril, le thème portait sur le suivi des conjoints expatriés et une dizaine de responsables mobilité internationale ont phosphoré avec des experts pour analyser la situation actuelle et dessiner des perspectives d’accompagnement.

Des conjoints fortement impactés par la crise

Pilote du baromètre de l’expatriation d’Expat Communication, Sabine Garnier Posé a présenté les résultats de l’enquête d’avril 21 portant sur la place des conjoints expatriés. Les résultats sont sans appels. A 43%, l’indice de confiance des conjoints se situe 17 points en dessous de celui des collaborateurs (60%). Autre chiffre clé : 62% des conjoints expatriés ne se sentent pas réellement à leur place en expatriation en ce moment.

Home schooling, confinement, incertitude, travel ban et quarantaine, enfermement et solitude … pour 75% des conjoints, l’expatriation a changé et l’intégration se fait plus difficile.

Pour en savoir plus, retrouvez les résultats détaillés de cette 2ème enquête du baromètre de l’expatriation 2021.

Tous les participants avaient bien sûr noté la difficile intégration pour les nouveaux arrivants en temps de Covid. En revanche, certains n’avaient pas perçu combien ce phénomène touchaient aussi les expatriés les plus expérimentés. En effet, l’enquête souligne une profonde usure des conjoints au long cours. Et peu d’entreprise ont noté cette fragilisation d’une population qui constitue le socle de la mobilité des grands groupes.

Des verbatims récurrents comme « on n’a pas signé pour cela » ou « le compte n’y est plus » constituent autant de signaux d’alerte.

La place mineure des conjoints dans le process d’expatriation malgré (ou à cause de) la crise

Comme l’a souligné l’un des responsables MI présents, cette prise de conscience révèle un paradoxe.

« Nous savons tous que les conjoints jouent un rôle majeur pour le succès de la mobilité. Pourtant, aujourd’hui, alors que la crise les déstabilise gravement, nous sommes débordés par d’autres sujets et nous ne mettons rien en place pour les accompagner. »

Un autre va plus loin encore et rapporte combien les collaborateurs eux-mêmes se concentrent dans leurs relations avec le siège sur l’urgence des enjeux business et ne font pas part des difficultés de leurs conjoints.

Les responsables MI se retrouvent confrontés à un leitmotiv : « C’est dur pour tout le monde, on ne va pas faire d’exception pour les expatriés ; ils doivent rester exemplaires vis-à-vis des locaux. On ne peut pas créer de passe-droit. » Un souci d’égalité légitime mais qui s’oppose au constat du terrain : pour beaucoup de familles expatriées, « l’équilibre est rompu ».

Non repérées, non accompagnées, les difficultés des conjoints risquent de s’aggraver. Et finalement, la plupart des groupes présents ont été confrontés à des retours anticipés dus à la non-adaptation de la famille.

Alors peut-être à l’égalité, faut-il en ce moment préférer l’équité. Et un consensus se dégage sur l’importance de mesures ciblées, au cas par cas, pour traiter les situations les plus difficiles.

Quel accompagnement apporter aux conjoints dans cette période complexe qui dure ?

Petit retour à l’enquête pour commencer par écouter les besoins d’accompagnement qu’ils expriment.

La vision des conjoints

En ce qui concerne le départ, ils plebiscitent les cours de langue (63% els trouvent importants), l’aide à la recherche d’emploi (57%), la préparation à l’expatriation (52%) et la préparation interculturelle (47%).

Statistique conjoints expatriés Mais pendant cette période de pandémie, ce qu’ils expriment est avant tout un besoin d’écoute, de reconnaissance et d’accompagnement humain. Ils demeurent en effet conscients de la complexité de la situation et savent bien que l’entreprise est impuissante face à leurs besoins de visibilité et d’intégration.

Une nouveauté qui émerge dans leurs demandes : l’accompagnement fiscal et juridique des nouvelles réalités (célibat géo, télétravail international…). Les familles sont prêtes à inventer de nouvelles solutions. Mais elles demandent à être accompagnées dans l’évaluation des impacts de ces configurations.

Accompagner les expatriés actuellement en expatriation 

Pour ceux qui sont partis avant le Covid, ceux qui « n’avaient pas signé pour ça », quel accompagnement pour éviter la déception et l’usure ?
On a vu que l’essentiel était l’écoute, la reconnaissance et le cas par cas.

Plusieurs groupes étudient l’option d’un budget avion pour ceux qui n’ont pas pu rentrer.

Des solutions d’écoute, de soutien et des groupes de discussion ont été mis en place par plusieurs intervenants.

Le célibat géographique reste un sujet très débattu
De nombreuses familles l’évoquent pour résoudre les problèmes de confinement scolaire, ou pour alléger les contraintes sanitaires.

Les entreprises sont partagées.  Du fait de leurs destinations isolées y recourent régulièrement. Elles voient bien la simplification logistique mais soulignent le rétrécissement des recrutements possibles et les risques d’usure. Elles conseillent une préparation adaptée pour permettre aux couples de bien mesurer les conséquences dans la durée.

Préparer les familles et les conjoints à l’expatriation en 2021
Pour les départs actuels, il devrait être possible d’éviter le fameux « je n’ai pas signé pour ça ».  
A ce stade, on n’observe pas de désaffection vis-à-vis de l’expatriation. La mobilité reste attirante. Néanmoins, la responsabilité des acteurs de la mobilité internationale est de bien alerter les postulants aux réalités qui les attendent. Alerter, préparer mais ne pas inquiéter ni rebuter.

Pour faire face à ce nouvel équilibre, et aider les futurs expatriés à vivre dans cette incertitude que l’on sait maintenant durable, les services d’Expat Communication s’avèrent précieux.

3 outils clés dans cette période

Parmi les services d’Expat Communication, trois se révèlent essentiels pour accompagner les conjoints pendant cette période.

Deux autres atouts 

  • Le stage « Transformer la relation avec les expatriés » pour ajuster sa posture dans cette période de déséquilibre.
  • Le portage salarial international pour répondre aux enjeux croissants de télétravail international. C'est la spécialité de notre partenaire Sage SA.

Dans le même sujet

Fermer